Bourse, Apprendre à débuter, investir et gagner avec Lobourse.
image du menu gauche
image du menu gauche
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
image du menu gauche
image du menu gauche

Bourse en ligne:
bourse direct

binck.fr


CFD et Forex:
XTB courtier CFD-forex-crypto

Cryptomonnaie
coinbase cryptomonnaie ETH BTC LTC


Bourse virtuelle:




Défiscalisation


 

 

La BCE reporte la hausse de ses taux d’intérêt : quel impact sur les crédits des particuliers ?

Depuis quelques années, les taux d’intérêt pratiqués par les banques, que ce soit sur des crédits immobiliers ou des crédits à la consommation, sont extrêmement bas. Il y a quelques jours, ils ont atteint un nouveau taux historiquement bas et frôlent désormais les 0 %.

Or, la BCE a récemment annoncé qu’elle n’augmenterait pas ses taux avant au moins mi-2020. Une bonne nouvelle pour les particuliers qui vont pouvoir profiter de la situation.

Comment profiter de ces taux historiquement bas ?

La solution la plus évidente pour profiter de ces taux historiquement bas, c’est d’emprunter de l’argent pour faire des investissements.

Bien sûr, il y a l’opportunité de faire un investissement immobilier, mais il ne faut pas non plus oublier les nombreuses opportunités offertes par les taux extrêmement bas des crédits à la consommation.

Cependant, il y a une autre solution à laquelle les particuliers pensent encore trop peu pour profiter des taux d’intérêt très bas : faire un regroupement de crédit à la consommation.

 

 

 

 

taux tres bas

 

Si vous vous êtes endetté il y a quelques années à des taux moins avantageux, vous pouvez demander à un organisme de racheter vos crédits, de les regrouper en une seule mensualité qui intégrera les taux actuels. Cela peut vous faire économiser plusieurs années de remboursement et des milliers d’euros.

Les conséquences négatives sur l’assurance-vie

Malheureusement, la baisse de ces taux d’intérêt a également des conséquences plus négatives sur les particuliers, notamment dans le domaine des assurances-vie. Comme la baisse des taux d’intérêt rend la dette de l’État moins chère à rembourser et que les contrats d’assurance-vie sont essentiellement constitués d’obligation d’État, leur rendement est rogné.

Résultat, les banques se retrouvent face à deux possibilités : soit elles diminuent leurs marges sur les contrats d’assurance-vie, soit elles diminuent le rendement de ces mêmes contrats pour les particuliers.

Il y a fort à parier qu’elles choisiront la seconde option. L’assurance-vie n’est donc plus un aussi bon placement qu’il y a quelques années. Heureusement, cette perte est compensée par les opportunités d’investissements immobiliers.

 

Faut-il s’inquiéter de ces taux historiquement bas ?

La décision de la BCE de prolonger la baisse de ses taux jusqu’à mi-2020, au lieu de mi-2019 initialement, aurait été motivée par deux éléments : une croissance molle dans la zone euro et une inflation moins importante que prévue. Résultat, les taux peuvent rester bas sans poser de problèmes majeur d’inflation et ils pourront stimuler la croissance et la maintenir au-dessus des 1 %.

Cependant, beaucoup de spécialistes restent inquiets face à ce phénomène et craignent que des taux aussi bas stimulent anormalement l’inflation et artificiellement des marchés comme celui de l’immobilier. En cas de dérapage, la conséquence pourrait être dramatique et des centaines de milliers d’investisseurs pourraient s’être endettés à perte alors que leur bien perdrait de la valeur. Pour le moment, tout semble sous contrôle, mais beaucoup appellent à la vigilance.